Pierre Bergé réprouve les méthodes du "Monde" | L'Opinion